Appelez moi au : + 33(0)6 28 01 67 08 - Email: a.cohen@alc-consulting.fr
Comment apprendre à dire “non” ?

Comment apprendre à dire “non” ?

Dire « non » est pour certains mission impossible. Et pourtant, ce tout petit mot est une affirmation de soi-même indispensable pour exister et pour prendre confiance. Parfois, on évite tellement le « non » qu’on en vient à oublier ce que l’on désire vraiment. Voici des outils pour apprendre à dire non.

« J’ai peur de le décevoir si je refuse de l’aider ». Combien de fois nous sommes-nous déjà posé cette question ? Avant de répondre un « oui » à contre-coeur, tentons de démêler les conséquences de notre « non » et osons nous affirmer.

Pourquoi est-il nécessaire de savoir dire « non » ?

Si nous savons dire non, nous saurons également dire oui. En effet, si l’on dit oui pour éviter à tout prix un non, notre oui n’en n’est plus vraiment un et nous ne serons pas ou peu fiables dans nos engagements.

Tout petit, vers dix-huit mois ou deux ans, l’enfant dit non toute la journée. Ce n’est pas anodin. Il sait que son non est une opposition, un moyen de s’affirmer et donc de faire exister sa petite personne. Le non est l’affirmation de soi par excellence. J’empêche ainsi l’autre de m’envahir. Je me fais respecter. Si je ne dis pas non, je nie mes désirs, mes souhaits, ma volonté et je m’efface par rapport à l’autre.

Pourquoi est-ce si difficile de dire « non » ?

Chaque être humain est marqué par cette volonté de plaire, d’être aimé, de ne pas décevoir l’autre. Nous sommes alors persuadé qu’un non peut nous faire perdre l’estime, la faveur ou l’amour de notre conjoint, de notre patron, de notre enfant, de notre mère.

Nous avons parfois peur du conflit. C’est l’une des raisons les plus fréquentes invoquées pour ne pas dire non. Les femmes sont plus touchées par ce problème, car par tradition, elles refoulent plus facilement leur agressivité, leur colère, leur refus ou leur opposition que les hommes.

Comment apprendre à dire non ?

C’est un vrai travail. Commencez par des « petits non », qui entraînent des décisions sans grandes conséquences. Un collègue veut vous refiler la fin d’un dossier pénible sans raisons valables ? Refusez si vous n’avez ni le temps, ni la disponibilité. Apprenez à mettre les formes, mais tenez bon si votre interlocuteur insiste. Gardez en tête quelques formules faciles pour affirmer votre refus, comme « je suis désolée mais je ne peux vraiment pas t’aider », ou « non, je ne suis pas disponible », ou encore « non, je ne veux pas ».

Ne vous sentez pas obligé de vous justifier et surtout ne vous engagez pas à l’avance : « Pas cette fois-ci mais la prochaine fois, promis ! ». Peu à peu, vous saurez dire non et il vous sera plus aisé de refuser des situations plus délicates.

Prenez du recul sur la situation

Pensez-vous vraiment que le collègue en question va détruire votre réputation si vous refusez de boucler son dossier ? Ou que votre conjoint partira si vous refusez de faire l’amour ce soir ? Tentez de mesurer les conséquences de votre non sans précipitation, pesez le pour et le contre à tête reposée. Votre désir à un prix, il vous permet de vous affirmer, alors, écoutez-vous. Ne culpabilisez pas après avoir dit non. 

Proposez une alternative

Vous avez dit non et vous avez tenu bon. Bravo ! Pour être diplomate, vous pouvez trouver une alternative pour aider cette personne qui vous sollicite, ou votre belle-mère qui veut vous inviter ce soir alors que vous avez un dîner bien plus réjouissant. « Je ne peux pas venir pour ton déménagement demain. En revanche, dis-moi quand tu as besoin que je vienne pour t’aider à déballer tes cartons » ; « Un dîner ce soir c’est impossible, par contre nous sommes disponible demain midi ! ». Du tact !

Se dire non à soi-même

Pour mieux savoir dire non aux autres, il est bon de savoir ce que l’on veut au fond de nous-même. Ainsi, quelques exercices peuvent vous aider. Vous avez arrêté de fumer il y a deux semaines ? « Allez, juste une aujourd’hui, après j’arrête à nouveau. » Sachez formuler un non radical. Cela peut être d’un grand secours pour toutes les addictions et situations à risques qui nous tentent.

Si vous rencontrez de grandes difficultés liées à votre éducation ou votre enfance, ou une relation professionnelle ou amoureuse destructrice, il est possible de vous faire assister par un thérapeute, qui vous aidera à retrouver confiance en vous. 

 

Maylis Choné pour passeportsante.net

 

Anne Laure Cohen

Coach depuis plus de 9 ans, ma volonté est de permettre à chacun de se révéler. Mes atouts : Savoir être à l’écoute et « parler vrai », savoir faire preuve d’adaptabilité et de curiosité, viser l’autonomie de mes clients, être empathique et disponible, être diplomate et ouverte d’esprit tant sur le plan humain que sur celui l’entreprise.

Laisser un commentaire

dix-sept + onze =

Fermer le menu